Sandra et Jean-Noël en Orient
13Mar/141

Cambodge, parc national Virachey

Après l'île de Korong Sanloem, on retourne à Phnom Penh avec Jeff et Christy. Le lendemain, on fait nos adieux provisoires et on prend un bus pour Banlung, dans le nord-est du pays. L'objectif étant de faire un trek dans le parc national Virachey.

On fait le trajet dans un minibus flambant neuf, chargé comme un boeuf de cartons, sacs et paniers avec poules et coqs bien chantant. On mettra huit heures pour arriver. Nous sommes apparemment chanceux, la plupart du temps, il en faut au moins douze...

Pour le trek, on ne fait pas compliqué, on va directement au bureau du parc dont les rangers ont une excellente réputation. On choisit une excursion de 6 jours.

Le premier jour au matin, des taxi scooters viennent nous chercher à l'hôtel et nous conduisent au bureau où nous retrouvons notre guide Sophany, ainsi que deux portoricains, Bruni et Peter. On règle les derniers détails et on chevauche une nouvelle fois les scooters pour une halte au marché pour acheter la nourriture. Vient ensuite une heure et demi de piste poussiéreuse. A la fin, on est orange de la tête aux pieds. On arrive dans le village de Payarnt (village d'une minorité ethnique), pour y passer notre première nuit en hamac. Ce sera l'occasion de goûter l'alcool de riz artisanal du village avec une paille en bambou en faisant connaissance avec nos deux guides locaux Keoun et Comuan. C'est la pratique qui conjure le mauvais sort avant de partir dans la jungle, nous ne pouvons nous y soustraire!

Les quatre jours et trois nuits suivants, on sera uniquement dans la jungle avec pour objectif atteindre une vaste prairie d'altitude. Nos sacs font environ 10kg, il fait (très) chaud, ça monte beaucoup. Il y a plein de rivières à traverser, d'insectes à affronter, de grotte à explorer, de riz à manger, de kilomètres à avaler ... et de magnifiques paysages à contempler. Bref, pas de quoi s'ennuyer !

Au bout du cinquième jour, après 2h de bateau, on rejoint une petite ville, enfin plutôt un gros village (Veunsaï), où se sera l'occasion de déguster une bière tout aussi fraîche que méritée.

Le matin du sixième jour, on fait le retour au bureau dans un minibus plus que bondé.

Le trek a vraiment été magnifique à tous points de vue (peut être que certains se plaindront du trop plein de riz), les guides locaux ont été très sympa et le ranger du parc très agréable et compétent.

Le seul point noir, c'est le gouvernement cambodgien corrompu jusqu'à la moelle qui donne des autorisation de coupe de bois à des grosses compagnies. Le bois recherché, c'est le mahogani (genre de palissandre, ou bois de rose). Alors quand on est dans une jungle magnifique censée être protégé et qu'on entend plein de bourdonnement de tronçonneuse, ça fout la haine !

Lecteur lectrice, s'il vous plait, abstenez vous d'acheter du bois exotique. Soit il vient directement de la jungle, soit il vient de culture intensive là où il y avait de la jungle pas longtemps avant. C'est pas nouveau, mais en être témoin de près fait office de piqûre de rappel très puissante !

Ensuite, on repasse deux nuit à Banlung avant de prendre un bus pour le Laos...

... à suivre

Jn

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Vous avez vendu Alphonse à un trafiquant de viande marinée?


Annuler la réponse

Aucun trackbacks pour l'instant