Sandra et Jean-Noël en Orient
10Mai/148

Chine, arrivée par Mengla

Dix minutes avant l'heure du départ, le bus à couchette chinois démarre. On doit être avant 17h30 à la frontière. Il est 7h50 et on a que 200km environ , ça devrait le faire. Mais comme le voyage, c'est les surprises, c'était sans compter sur l'état de la route, qui, on peut le dire, manque cruellement d'entretien. On a été tellement secoué, qu'à des moments il fallait bien se

cramponner pour ne pas tomber du lit superposé... Avec une moyenne de 25km/h, et une pause déjeuner éclair où il faut choisir entre manger et aller aux toilettes, on arrive au poste frontière vers 17h...

La sortie du Laos se fait sans bakshich et sans encombre. L'arrivée en Chine donne une impression de choses fonctionnant de façon carrée. Les fonctionnaires sont souriants et accueillants, et très pros.
Une trentaine de kilomètres après la frontière, le bus s'arrête près d'une ville au bord de la route au milieu de nulle part. Grâce à Jean-Noël qui surveille le GPS de son téléphone, on sait que nous sommes à Mengla. On demande au chauffeur qui ne comprend pas bien. Finalement, il nous fait signe de descendre avant de repartir en trombe. Heureusement, comme vous pourrez le voir, il fait encore jour. C'est donc parti pour une petite balade vers le centre. Les habitants sont tantôt surpris, scotchés, enchantés de nous voir marcher avec nos sacs à dos. Ça nous vaudra 2 refus dans des hôtels car après une journée comme celle-là, on peut dire qu'on est pas les représentants de la classe. Finalement un troisième nous accepte. Pour ceux qui vont aller en Chine, si vous cherchez un hôtel, c'est là où il y a un comptoir et un escalier !
Affamés, on part ensuite à la recherche d'un restaurant. Les serveurs rigolent bien, on ne comprend rien et eux non plus. Le menu est en chinois, tout va bien se passer. Finalement une chef parle un peu d'anglais et on prend du riz avec du porc. Ici, l'eau et le thé sont gratuits.
Pour s'acclimater, on décide de rester une journée de plus. Ici, on trouve de tout dans les magasins. On est «tenté» de penser que nos supermarchés leur achète de la gniognotte car les produits sont variés et de qualité. Pas du tout dans le stéréotype.
Sinon la chaleur en journée reste importante mais les nuits sont plus fraîche et on apprécie!
Avant de partir, on va au marché du matin. On y trouve de tout. Et, pour garder la surprise, on vous conseille de regarder les photos. Pour les enfants et les personnes sensibles, faîtes regarder d'abord à une personne moins sensible.
Nôtre prochaine étape est Jinghong, la capitale du Xichuanbanna.
A bientôt sur le blog, Skype ou par mail, ici la face de bouc est censurée.

Sandra et Jeanno

 

Commentaires (8) Trackbacks (0)
  1. Complétement fan de la transformation de Jean-No !!! ^^

  2. Ouai, c’est vrai qu’au début c’est galère en Chine sans la lecture des sinogrammes et le vocabulaire mais très vite, on repère les trucs qui sauvent comme riz-porc-boeuf et après on tente à l’arrache ^^.
    Bon et oui, le marché c’est ça, et vous avez (pour le moment) évitez les chats, les serpents et autres vers gluants qu’on ne voient pas en France. A vous de faire les découvertes 😉
    La bise et bonne continuation !

  3. Avec cette précision du détail, Jeanno tu dois être très fort au Duplik ou un tout autre jeu de dessin !!!

  4. De la part d’une asthmatique de ma connaissance (et de la vôtre suite à un repas dans un jardin d’été à Vancouver) : l’air chinois est-il ami ou ennemi? Genre tu vis OK ou tu claques en 3 jours?
    Tcho 😉

  5. Coucou ^^
    Je suis contente de voir que vous allez bien ! Elles sont super vos photos !
    Si jamais vous repassiez au Laos, ce sera avec plaisir de vous revoir !!!
    Gros bisous 🙂


Annuler la réponse

Aucun trackbacks pour l'instant